Entretien exclusif du Quotidien National El Watan avec le Professeur Abdelmalek Danoune. DG du CHU de Béjaïa


Le 21-02-2018


«Le départ de chirurgiens vers le privé est un phénomène national».

Nous avons suivi ces jours-ci une certaine polémique en rapport avec le service de chirurgie générale du CHU.
Y a-t-il malaise ?
Plutôt que de parler de malaise, je dirai qu’il y a dynamique positive où l’objectif institutionnel est jalousement conservé. Je m’explique : on parle de départ dans le privé de certains chirurgiens. En effet, c’est une réalité et c’est un phénomène national.
De grands professeurs de chirurgie, de cardiologie, de néphrologie, de radiologie et d’autres spécialités encore sont partis s’installer dans le privé. Ce n’est pas une réalité bougiote, c’est national. Concernant le CHU de Béjaïa, je dirai que ceux qui sont partis l’ont fait par choix et non parce qu’ils y ont été poussés. Si c’était le cas, le partenaire social, le syndicat des praticiens spécialistes, m’aurait interpellé immédiatement.
En effet, j’ai eu à expliquer dans des réunions avec les partenaires concernés les motivations des uns et des autres et en partageant avec eux les défaillances constatées sur le terrain. Quand l’accompagnement est nécessaire pour améliorer les pratiques, donc le service rendu, nous le faisons. A ce jour, deux formations sur l’accueil et l’orientation ont été organisées et d’autres sont au programme concernant tous les corps.
C’est quand même dommage de venir rappeler que le patient nécessite de l’écoute et de l’empathie. Nous sommes tous responsables chacun à son niveau et nous devons tous assumer. A ceux qui parlent d’aventuriers au CHU, je réplique en rappelant que notre seul objectif est de permettre à tout praticien d’exercer son art.
L’expertise de tous nous intéresse et je souhaite leur adhésion pour bâtir ensemble ce CHU et cette faculté de médecine qui sont encore nouveau-nés. L’histoire ne peut pas s’accommoder d’approximation et d’hésitations car il s’agit de l’intérêt des malades et des étudiants.

Des voix s’élèvent pour dire que le matériel destiné à une salle de cathétérisme est dans des cartons...
Oui, j’en ai entendu parler et j’ai mis personnellement cela sur le compte de l’impatience des usagers et de leurs familles, car malheureusement les malades sont transférés pour les pace et les stent soit à Tizi Ouzou, soit à Alger, avec toutes les contraintes objectives que nous rencontrons, comme la surcharge des routes et les retards de prise en charge.
La cardiologie interventionnelle à Béjaïa est un rêve tant caressé, comme la pénétrante, le gaz pour tous et le CHU. Elle permettra à la wilaya de prendre en charge la pathologie cardiaque, y compris faire des gestes invasifs tels que la pose de pacemaker, de stents, la coronographie, voire même le développement de techniques qui vont nous distinguer des autres établissements du pays : les techniques d’ablation qui coûtent les yeux de la tête à l’Etat lors de transferts à l’étranger.
Il s’agit donc d’une opération acquise après trois années de lutte acharnée et inscrite sous l’intitulé «Acquisition, pré-installation et mise en service d’une salle d’angiographie mixte coronaire et vasculaire diagnostique et interventionnelle au profit du service de cardiologie du CHU Béjaïa».
Nous sommes dans les délais pour sa mise en service et Béjaïa aura sa salle de cathé très bientôt, baptisée des noms de deux prestigieux médecins, mon maître, le professeur Christian Cabrol, médecin des pauvres à Paris, et le docteur Abdelkader Belabès, médecin des pauvres à Béjaïa. Connaissant la transition épidémiologique et le pourcentage des affections cardiovasculaires, on ne peut pas se payer le luxe d’être hors jeu sur cette question.
Par ces actions qui demandent beaucoup d’énergie et de disponibilité et grâce au soutien des pouvoirs publics qui ne demandent qu’à être éclairés et sollicités à temps, le CHU de Béjaïa est au cœur même de sa responsabilité sociale, quand bien même la contrainte infrastructurelle serait permanente.
En effet, avec ses structures éclatées (Khelil Amrane, Targa Ouzemour et Frantz Fanon), le CHU se trouve malheureusement le moins pourvu en lits d’hospitalisation, avec 470 lits pour une population de presque un million d’habitants.
A propos de la chirurgie, d’aucuns espèrent voir se raccourcir les délais d’attente pour les rendez-vous. Y a-t-il une solution pour arriver à cela ?
Nous avons inscrit pour la chirurgie justement, dans une dynamique de «ceinture de l’ogresse de la santé» dans la wilaya, pour paraphraser quelqu’un, un dispositif de jumelage intra-wilaya et inter-wilaya.
Ce dispositif consiste à mobiliser durant les week-ends les équipes du CHU dans toutes les disciplines au niveau des EPH de la wilaya, Kherrata, Aokas, Amizour, Sidi Aich et Akbou, en prenant en charge les patients présentant des pathologies bénignes nécessitant un geste chirurgical (lithiase vésiculaire, hernie, ectopie testiculaire…).
Ce programme qui répond aux instructions de Monsieur le ministre de la Santé vise à assurer une solidarité régionale intra et inter-wilaya, appelée jumelage, qui va permettre au CHU de récupérer sa vocation première qui est les soins de haut niveau, formation et recherche. Les directeurs des EPH, les chirurgiens, les AMAR sont tous invités à réussir cette action humanitaire d’envergure.

Pour finir, y a-t-il un espoir de voir le personnel du CHU s’humaniser dans ses relations avec les patients et leurs
accompagnateurs ?
Bien sûr que oui, d’autant plus que dans les orientations de la World Federation of Medicine (Fédération internationale de médecine) le premier critère exigé pour entrer dans le temple de la médecine réside justement dans les prédispositions psychologiques d’humanisme, de don de soi, d’altruisme et la passion pour ce métier ô combien noble mais souvent ingrat.
Tout cela entre justement dans la qualification de médecins Cinq étoiles, défendue par la Sidmef (Confédération internationale des doyens des facultés de médecine d’expression française) dont les experts ont eu déjà à nous orienter sur ce registre à Béjaïa.
A ce titre, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, dans ses dernières orientations, a inscrit en priorité pour l’année 2018 une formation sur l’accueil et l’orientation en milieu hospitalier. Sinon, pour conclure, il ne devrait pas y avoir de lieu plus humanisé qu’un établissement de santé.

Par Kamel Medjdoub
Le Quotidien National El Watan du 21.02.2018

Également au CHU

Réalisation d’une laryngectomie totale pour la première fois à Béjaia.

'CHU de Bejaia Réalisation d’une laryngectomie totale pour la première fois à Bejaia. Le service d’ORL et de chirurgie Cervico-faciale du CHU de BEJAIA, à sa tête le Professeur Farid BOUDJNAH, vient de réussir une délicate intervention sur un patient atteint d’une tumeur focalisée au niveau du larynx, classée stade T4. Une première dans notre wilaya et dans notre jeune CHU. Djilali, âgé 46 ans, originaire de la commune de Semaoun Bejaia, suivi depuis une année, s’est résolu à se faire opérer à Bejaia, alors qu’il s’apprêtait à débourser plus d’un million de dinar dans une clinique Tunisienne. Selon le Docteur, ADELLAOUI Hamza, maître assistant en ORL, le cancer du larynx est l’une des tumeurs les plus fréquentes des voies respiratoires, due essentiellement à la consommation de tabac. Il a déclaré que le patient a bénéficié d’une laryngectomie totale avec curage ganglionnaire bilatéral. La laryngectomie consiste en un l’ablation totale du larynx, organe de la phonation. Elle est immédiatement suivie par un travail de l’orthophoniste pour une réadaptation à une « voix sans cordes vocales ». En effet, le stade avancé de la tumeur a amené l’équipe chirurgicale à enlever le larynx dans sa totalité avec rétablissement de la continuité et trachéotomie. Le suivi post opératoire doit être rigoureux, et l’équipe paramédicale a été bien formée pour ce fait. En effet, le patient doit être aspiré chaque demi-heure pendant les premiers quarante huit heures qui succèdent à l’opération, cela en utilisant sa nouvelle voie de respiration pour éviter tout risque d’infection et d’effets indésirables. Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia.'

CHU Béjaia Le 10-09-2015

Le CHU de Bejaia obtient le Prix « World Quality Commitment »

'CHU de Bejaia Le CHU de Bejaia obtient le Prix « World Quality Commitment » Le CHU de Bejaia, le plus jeune d’Algérie a été sélectionné pour recevoir le prix World Quality Commitment qui sera remis à Paris, en France le Dimanche 25 octobre 2015. Le choix de remettre ce Trophée est le résultat d’analyses réalisées par les Quality Hunters, leaders, entrepreneurs et experts en qualité, supervisés par Business Initiative Direction (BID) et reconnait la contribution du CHU de Bejaia envers le leadership, la Qualité et l’Excellence. C’est l’exemple type d’un établissement de santé qui mesure sa responsabilité sociale et l’assume. BID organise des Congrès annuels dans les villes emblématiques de Paris, Londres, Madrid, Genève, Francfort et New York. Lors des dix derniers mois, BID a rassemblé des entreprises et organisations de 116 pays. Les participants, leaders et experts dans les domaines de la qualité et de l’excellence ont alors soumis leur vote pour la candidature de CHU de Bejaia pour recevoir le Prix World Quality Commitment (WQC). La décision finale de remettre le Prix WQC dans la catégorie Or au CHU de Bejaia a été prise par le Comité d’Evaluation WQC sur la base des critères du QC100- Modèle de Gestion de la Qualité totale, qui associé avec le Programme Quality Mix de BID, renforce la position leader de notre CHU. La convention WQC aura lieu à Paris, les 24et 25 Octobre 2015, au Palais des Congrès de Paris (Concorde la Fayette), à coté de l’Arc de Triomphe et des champs Elysées. Assisteront à cette cérémonie pour recevoir le trophée, le Directeur Général, Professeur Abdelmalek DANOUNE, le Président du Conseil Scientifique, Professeur BERKANE Salah et le directeur Chargé de la Communication, Monsieur MEHDI Atmane. Ce trophée, remis aux leaders par les leaders, fierté pour notre ville et pour toute l’Algérie est le résultat de l’engagement de tout un personnel Médical, Paramédical et administratif depuis 2012, jaloux pour sa région et d’une détermination totale pour relever les défis L’enthousiasme de cette équipe est infaillible pour un seul objectif : La concrétisation de véritable CHU de Bejaia à DJEBIRA, à proximité de la faculté de Médecine. Vous pouvez consulter le site officiel de Business Initiative Direction sur le lien suivant : http://www.bid-quality.com/fr/ Bureau de l'Information de la Communication et d'Audio-visuel.'

CHU Béjaia Le 10-09-2015

Soixante quatre (74) stagiaires en médecine enregistrés depuis le mois de juin

'CHU de Bejaia En tant qu’établissement de santé chargé d’une triple mission : soins de haut niveau, formation et recherche, le CHU de Bejaia accueille chaque année de nombreux stagiaires en provenance de la faculté de médecine de la même ville, et parfois d’autre coins du pays et même ceux venus de l’étranger. Pendant cette période, plusieurs étudiants de médecine « sacrifient » une partie de leur vacances d’été pour effectuer un stage non rémunéré, d'une durée de trois (03) à quatre (04) semaines, étant donné que les structures de soins du CHU offrent un espace propice adapté à leurs attentes, notamment en terme d’encadrement médical et paramédical. Depuis le début du mois de juin, environ soixante quatorze (74) stagiaires ont été enregistrés dans les différents services hospitaliers des trois structures du CHU (Khellil Amrane, Frantz Fanon et Targa Ouzemour). La majorité, soit un nombre de quarante (40) stagiaires, s’orientent vers les services des Urgences Médico-chirurgicales (UMC), vu que les opportunités d’apprentissages sont nombreuses, particulièrement, en initiation aux soins infirmiers et prise en charge des urgences médico-chirurgicales. Le reste, s’orientent plutôt vers les services d’hospitalisations tels, les services de médecine interne, neurochirurgie, gynécologie, cardiologie et orthopédie. Enfin, le CHU de Bejaia s’apprête à accueillir la troisième promotion d’internes pour l’année universitaire 2015/2016 dès la prochaine rentrée prévue le dimanche prochain. Bureau de l'Information de la Communication et d'Audio-visuel'

CHU Béjaia Le 10-09-2015

Remplacement d’un disque intervertébral par une prothèse

'CHU DE BEJAIA Encore une prouesse médicale au CHU de Béjaïa Remplacement d’un disque intervertébral par une prothèse La matinée d’hier a été consacrée, par le professeur Souheil Tliba, chef de service neurochirurgie au CHU, et son équipe, à la pratique d’une opération chirurgicale nécessitant une grande maîtrise et une technique très moderne. C’est une première au niveau de la wilaya de Béjaïa et, d’ailleurs, «très peu de centres la pratiquent», fera savoir le professeur Tliba que nous avons contacté à sa sortie du bloc opératoire. Ainsi donc, le professeur qui a pratiqué cette intervention chirurgicale sur une dame de 45 ans, a réussi à remplacer un disque intervertébral de cette dernière par une prothèse. Selon ce spécialiste, la patiente était paralysée de tous ses membres, elle ne pouvait ni bouger ni marcher et l’IRM présentait une hernie discale avec arthrose cervicale. Ayant à sa disposition le matériel nécessaire, acquis par le CHU récemment, le professeur Tliba s’attaquera au rachis cervical pour remplacer le disque intervertébral par une prothèse qui donnera une stabilité et les possibilités de mobilité. En un mot, elle permettra de reconstituer l’anatomie normale. Un autre patient âgé de 36 ans sera opéré par le professeur Tliba et son équipe, demain, au niveau du rachis cervical pour le remplacement d’un disque par une prothèse. Bureau de l'Information de la Communication et d'Audio-visuel'

CHU Béjaia Le 10-09-2015

Actu-Météo

Béjaïa

Plus de News

Actu-Vidéo