Actualités

LUTTE CONTRE LA MALADIE ÉLÉPHANTIASIS Grande mobilisation citoyenne à Tichy


Le 20-08-2018

Prise en charge des malades au Centre hospitalo-universitaire de Béjaïa
Connue pour être une ville touristique, Tichy se singularise cet été avec une autre valeur, celle de la solidarité.
Les bonnes réussites font des émules. Après avoir réussi a prendre en charge une de leurs victimes de l'éléphantiasis, une maladie qui atteint le système lymphatique et peut entraîner une augmentation anormale du volume de certaines parties du corps, à l'origine de douleurs, de handicaps sévères et de stigmatisation sociale, Solid'art, une association entourée d'un collectif de bénévoles, prend son bâton de pèlerin pour réunir des fonds dans le but d'acquérir l'équipement nécessaire à la prise en charge des malades au profit du Centre hospitalo-universitaire de Béjaïa. Lors d'une conférence de presse animée hier à l'hôtel Raya de Tichy, le professeur Danoune, DG du CHU de Béjaïa, a estimé à 100 le nombre de cas en Algérie, dont trois à Béjaïa. «La filariose lymphatique, communément appelée éléphantiasis, est l'une des maladies tropicales, qui bénéficie actuellement de trois programmes de l'OMS», a-t-il déclaré, précisant que «l'infection se produit lorsque les parasites filaires responsables de la maladie, sont transmis à l'homme par des moustiques. Une infection qui provoque des dommages non apparents dans le système lymphatique». Cette maladie, ajoute-t-il, «se manifeste visiblement par des douleurs et défigurant gravement le lymphoedème, l'éléphantiasis et la tuméfaction du scrotum, n'apparaissent que plus tard dans la vie et peuvent entraîner des incapacités permanentes. Les sujets atteints ne souffrent pas uniquement d'incapacités physiques, ils sont également touchés par des troubles mentaux, et des problèmes sociaux et financiers qui sont autant d'agents de stigmatisation et de pauvreté».
La filariose lymphatique touche 120 millions de personnes dans le monde, dont un tiers en Afrique. Elle est due à des vers parasites filiformes transmis à l'homme par les piqûres de moustiques. Ces parasites microfilaires envahissent directement les réseaux lymphatiques les plus proches de l'inoculation (membres inférieurs le plus souvent, les organes génitaux, plus rarement les membres supérieurs ou les seins! La découverte de cette pathologie s'est faite, par le plus grand des hasards, en février 2009, dans le cadre des activités de l'association Kontacts qui séjourne une à deux fois par an à Kaya au Burkina Faso. Cette association apolitique, aconfessionnelle et sans vocation médicale s'efforce, depuis 15 ans, de mettre en relation dans un cadre scolaire, de jeunes Français et Burkinabés (ce mot est invariable). La ville de Kaya, 15000 habitants, est située à 100km au nord-est de la capitale, Ouagadougou. A Tichy, dans la wilaya de Béjaïa, ce sont les habitants qui récidivent après s'être mobilisés dans une vaste campagne de solidarité avec un jeune homme de la région, atteint de la même maladie pour collecter des fonds afin de le transférer à l'étranger pour des soins.
En effet, le jeune homme en question, Nadir Zemouri, âgé de 40 ans, était atteint d'éléphantiasis. Des jeunes, pleins d'entrain pour la bonne cause, se sont mobilisés avec succès. En France, à Saint-Denis plus précisément, une association à caractère social, Miroir et différence, présidée par Ourdia Aîbache originaire de Tichy, s'est mise de la partie en mobilisant la forte communauté kabyle implantée dans cette ville, où un gala de solidarité sera organisé le 15 octobre.
Au Canada, au Québec notamment, de jeunes émigrés de la région de Béjaïa se sont sentis pleinement concernés par le malheur qui frappe le jeune Nadir, en organisant des collectes pour pouvoir aider le malade dont l'état de santé nécessite une intervention en France.
Le malade sera par la suite pris en charge. Il est présentement en voie de guérison. Ce succès encourage le collectif. Lors du transfert de Nadir en France, Omar Aït Mohktar, coordinateur de citoyens algériens en France, accompagnateur du malade lors de son transfert en France, a fait une proposition au docteur Corine Bekker sur la possibilité d'accompagner l'hôpital de Béjaïa dans le traitement de cette maladie.
Elle accepte de venir opérer sur place, pour peu que les équipements soient à disposition, ce qui explique cette opération de collecte organisée par Solid'art de Tichy, indique Okba Bedahouche. Une opération parrainée par le chanteur Idir et autres vedettes de la chanson kabyle, qui ont animé plusieurs galas à Tichy et à Aokas. Soutenue par l'Office national des droits d'auteur et droits voisins, et d'autres opérateurs économiques, dont l'établissement Beaux-Rivages, cette opération avance dans de bonnes conditions, a-t-on rassuré hier. Il est dommage que quelques artistes invités ont exigé leurs cachets. Une fausse note en somme dans une opération de solidarité.

Par Arezki SLIMANI - L'Expression du Dimanche 19 Aout 2018

Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia.

Également au CHU

Débat autour du prochain Centre Anti Cancer (CAC) d’Amizour.

' En préambule du lancement officiel du projet du Centre Anti-Cancer d’Amizour, le BEREG (Bureau d’études chargé du projet) a exposé les grands axes portant la réalisation de cette infrastructure de grande envergure très attendue par la population de Bejaia. Cette rencontre de concertation abritée par le CHU de Bejaia, rehaussée par le Directeur de la Santé et de la Population a connu la participation des membres du Conseil Consultatif du CHU ainsi que les oncologues de la wilaya. Le projet du CAC a une capacité d’accueil globale de 140 lits. Inscrit en 2008, il a connu un report pour des considérations économiques qu’a connu le pays. D’après le DSP, les travaux de réalisation seront entamés incessamment suite aux dernières décisions prises par l’état relatif au dégel notamment des projets du secteur de l’éducation et de la santé, à l’exception des CHU qui nécessitent des enveloppes assez conséquentes. Le prochain CAC d’Amizour comme exposé par le bureau d’études comportera, trois principaux Blocs qui sont celui de l’Administration, de radiothérapie et médecine nucléaire et d’un bloc de chirurgie de trois salles opératoires en plus d’une unité de greffe de la moelle osseuse. L’hospitalisation quant à elle va connaitre deux bâtisses, une pour l’oncologie pédiatrique et une autre pour l’oncologie adulte en plus d’un hôpital du jour. Le CAC d’Amizour également va offrir des prestations aux accompagnateurs de patients et des espaces dédiés à la pédagogie telle que des salles de conférences, d’enseignement et une bibliothèque. Bureau de l'Information, de la Communication et d'Audio-visuel du CHU de Bejaia'

CHU Béjaia Le 16-11-2017

Les Grossesses à haut risque au cœur de débat.

' Dans le cadre de la formation locale continue, le centre hospitalo-universitaire de Béjaïa a organisé, avant-hier, une journée de formation sur les grossesses à haut risque au niveau de l’hôtel Les Hammadites de Tichy. Devant une assistance composée de sages-femmes, de médecins généralistes et de médecins réanimateurs, les communicants ont développé des thèmes relatifs aux maladies chroniques et la grossesse et aux autres menaces liées à l’accouchement. Les docteurs Idres et Bellouz ont ouvert le bal avec des conférences sur la grossesse et le diabète et celle-ci avec l’hypertension artérielle. Du coma acidocétosique au traitement par photo-coagulation, en passant par l’interruption de grossesse ou autoriser la grossesse sous haute surveillance, tout a été expliqué. En intervenant lors des débats, le professeur Barkat, modérateur de cette journée, dira que la mutation sociétale en Algérie a fait qu’il y a un mariage tardif qui se traduit par des grossesses limitées, ce qui ne fut pas le cas dans un passé récent. Leur succédant, le docteur Galleze dissertera autour de la menace d’accouchement prématuré, laquelle peut intervenir entre 22 et 37 semaines, en faisant part des étiologies et des facteurs de risque. Les causes placentaires et infectieuses sont mises en exergue. Dans tous les cas, l’orateur préconisera l’hospitalisation et le repos. La deuxième communication consécutive que le même docteur donnera se rapporte à la rupture prématurée des membranes. Celui-ci dira que 2 à 3% des grossesses se compliquent par la rupture prématurée des membranes, c'est-à-dire par la rupture de la poche des eaux avant tout travail. Les étiologies et les conséquences ont également fait l’objet d’un passage dans les explications du docteur. Ce qui peut provoquer un accouchement prématuré et les mesures à prendre lors de cette menace sont des points qui ont été au centre des débats qui suivirent les conférences. Approché, Atmane Mehdi, sous-directeur de la formation et responsable de la communication, dira que l’objectif de cette rencontre c’est de former les sages-femmes à l’utilisation de nouvelles techniques d’exploration et de dépistage destinées aux parturientes, principalement aux femmes qui présentent des grossesses à haut risque, car ces dernières font l’objet d’une prise en charge particulière pour éviter d’éventuelles complications. Il soulignera qu’il entend par grossesses à haut risque celles des femmes présentant des maladies chroniques. La suite des communications présentées a été l’œuvre des docteurs Benallouache et Boudjenah qui se sont étalés sur la grossesse prolongée et la thrombopénie et la grossesse. La thrombopénie, qui est très fréquente, est liée à la réduction de plaquettes et elle est accentuée, affirmera l’orateur, par les grossesses multiples. Les mécanismes, les facteurs et la conduite à tenir devant une thrombopénie ont été détaillés. Ces communications ont été présentées dans le cadre de la séance réservée à la grossesse à haut risque, alors que lors de la deuxième séance dédiée à la surveillance du travail, il y a eu cinq autres brèves communications. Les docteurs Hessad, Hami, Bellouz et le professeur Ahmane ont développé des thèmes ayant trait au programme, au déclenchement artificiel du travail, au rythme cardiaque fœtal, à l’utérus cicatriciel et à la réanimation du nouveau né. En l’espace d’une demi-journée, assez chargée quand même, les présents, majoritairement de sexe féminin, ont augmenté leurs connaissances en la matière. Il est utile de rappeler que la maternité de Targa Ouzemmour, relevant du CHU de Béjaïa, reçoit entre 10 000 et 12 000 parturientes annuellement pour une capacité de 64 lits. Comme le soulignera le sous-directeur de la formation, Atmane Mehdi, seule son extension (projet qui est en cours), parviendra à soulager et le CHU et les hôpitaux de la périphérie. Source : La Dépèche de Kabylie Auteur : A. Gana.'

CHU Béjaia Le 06-11-2017

Formation sur les grossesses à haut risque.

' Dans le cadre de la mise en œuvre des actions de Formation Locale Continue programmées pour l’année 2017, le Centre Hospitalo-universitaire de Bejaia organise une journée de formation dédiée aux grossesses à haut risque. La manifestation aura lieu, le Samedi 04 Novembre 2017, au niveau de l’Hôtel des Hammadites, Tychy, Bejaia. Bureau de l'Information, de la Communication et d'Audio-visuel. Programme Scientifique: 08h00-08h15: Accueil des participants 08h 15-08h30 : Ouverture des journées et prises de paroles. 08h00-10h40 : Première Séance Grossesse à haut risque Modérateurs : Pr BARKAT, Dr HAMI, Pr DANOUNE •Communications ; •08h30-08h40 : « HTA et grossesse »: Dr. Bellouze- Dr. Boudjadja •08h40-08h50 : « Diabète et grossesse » Dr. Idres- Dr. Hamadou- Dr. Bellouze. •08h50- 09h10 : Débat. •009h10-09h20 : « Menace d’accouchement prématuré » Dr. Galleze- Dr. Hadjadj- Dr. Bellouze •09h20-09h30 : « Rupture prématurée des membranes » Dr. Galleze- Dr. Hadjadj- Dr. Bellouze •09h30-09h50 : Débat •09h50-10h20 : Pause santé •10h20-10h30 : « Grossesse prolongée » Dr. Benalouache- Dr. Khelfellah- Dr. Bellouze •10h30-10h40 : « Thrombopénie et grossesse » Dr. Boudjennah- Dr. Bellouze 10h40-12h20 : Deuxième Séance Surveillance du Travail Modérateurs : Pr AHMANE, Dr IDRES, Dr BELLOUZE •Communications ; •10h40- 10h50 : « Programme » Dr. Hessad- Dr. Sidotmane-Dr. Bellouze •10h50-11h00 : « Déclenchement artificiel du travail» Dr. Hami-Dr. Massaoudi-Dr. Bellouze •11h00-11h20 : Débat •11h20- 11h30 : « Rythme cardiaque fœtal » Dr. Hami- Dr. Massaoudi-Dr. Bellouze •11h30- 11h40 : « Utérus cicatriciel » Dr. Bellouze- Dr. Yousfi •11h40-11h50 : « Réanimation du nouveau-né » Pr. Ahmane •11h50-12h20 : Débat •12h20 : Débat de clôture. •12h40 : Déjeuné. '

CHU Béjaia Le 02-11-2017

1ères journées du Service de Médecine Interne du CHU de Bejaia.

'1ères journées du Service de Médecine Interne du CHU de Bejaia. Le Service de Médecine Interne du CHU de Bejaia s’apprête à organiser ses premières journées en collaboration avec l’Association des Médecins Généralistes Libéraux de Bejaia (AMGLB). La manifestation scientifique aura lieu le 03 Novembre 2017 au niveau de l’Hôtel Cristal2. Elle aura pour thème, les Maladies Systémiques ainsi que les Maladies de Gaucher. Bureau de l’information, de la Communication et d’Audio-Visuel du CHU de Bejaia'

CHU Béjaia Le 26-10-2017

Actu-Météo

Béjaïa

Plus de News

Actu-Vidéo