17ème mission de Coopération entre le CHU de Bejaia-CHU de Saint Etienne. 11 Patients opérés


Le 22-05-2018


La coopération bilatérale entre le CHU de Bejaia et de Saint Etienne (France) continue son rythme de progression dans le cadre de la formation et d’échange d’expériences.

Durant la semaine du 11 au 18 Mai, le Professeur Hassan ALKHOURY SALEM, Chirurgien Pédiatre Spécialisé en Orthopédie Pédiatrique, les Chirurgiens Pédiatres du CHUB ainsi que l’équipe du Bloc Opératoire Khellil Amrane ont réussi à opérer onze (11) enfants porteurs de pathologies variées.

Pendant la séance d’évaluation et de synthèse de l’activité, le Professeur ALKHOURI a signalé que le CHU de Bejaia dispose d’un potentiel humain très qualifié, selon lui, capable de relever les défis. Il a apprécié l’esprit d’équipe qui règne dans le Service de la Chirurgie Pédiatrique du CHUB.

Le Dr SAHI Bachir, chargé de la coopération, a remercié tous les médecins et les intervenants stéphanois qui ont marqué leur passage au CHUB et qui ont pu matérialiser plusieurs initiatives à ce jour, depuis la mission d’exploration de 2014.

Il s’est montré satisfait des résultats obtenus. « C’est maintenant qu’on commence à fructifier et à sentir le fruit de la coopération » ; avance t’il.

Pour mieux gérer, maitriser et avoir une cartographie globale des risques, le Docteur SAHI a souhaité que les Etablissements de Santé Algériens soient dotés des Directions dédiées à la qualité.

Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia

Également au CHU

Communiqué à l’attention des Voyageurs à destination du Gabon.

' Pour les supporteurs des verts qui veulent accompagner leur équipe au Gabon!! Ces mesures de prévention vous concernent. a.Vaccination obligatoire : •Vaccin anti-amaril (dose unique en IM) 10 jours avant le départ. (Vaccin déconseillé chez la femme enceinte et le sujet immunodéprimé) b.Chimioprophyllaxie anti paludéenne : •Méfloquine cp 250 mg -1cp/ semaine -7 jours avant le départ -Pendant tout le séjour -03 semaines après le retour •Ou, atavaquinone : Cp à 250 mg + proguanil 100mg cp - 1 cp/ jour ; le jour du départ - Pendant le séjour - 07 jours après le retour c.Sensibilisation des voyageurs : -Prévention contre les maladies sexuellement transmissibles (VIH, SIDA etc. …….) -Eau minérale à boire -Lavage à l’eau potable des fruits et légumes -Lavage fréquent des mains -Port de vêtements légers et couvrants -Chaussures fermées -Utiliser des produits répulsifs (lotion, spray, crème) contre les moustiques sur les parties non couvertes et renouveler régulièrement l’application. -En cas de fièvre consulter immédiatement un médecin (pendant ou après le séjour). Pour plus d’information, veillez prendre contact avec le service des Maladies Infectieuse. Merci de prendre ces précautions. Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia. '

CHU Béjaia Le 11-01-2017

«Le cancer colorectal est classé en tête à Béjaïa»

' Dans le cadre du plan cancer 2015-2019, la wilaya de Béjaïa a été choisie comme point de départ d’une campagne nationale de dépistage précoce du cancer colorectal. Conduite par la Société algérienne d’oncologie médicale, cette campagne est lancée en collaboration avec la direction de wilaya de la santé et de la population, le CHU et la faculté de médecine de Béjaïa, sous le haut patronage du ministre de la Santé, de la population et de la Réforme hospitalière. Cette campagne pilote, qui a débuté effectivement le 2 janvier à Souk El Tenine, a démarré officiellement jeudi dernier à l’auditorium du campus d’Aboudaw, de l’université Abderrahmane Mira, en présence, entre autres, du directeur de wilaya de la santé, du Directeur Général du CHU, le professeur Danoune, du recteur, Saïdani Boualem, et des membres de la Société algérienne d’oncologie médicale, présidée par le professeur Bouzidi. Le choix de Béjaïa pour le lancement de cette opération nationale n’est pas fortuit. Le cancer colorectal est classé premier dans cette wilaya, avec 12 nouveaux cas sur 100 000 habitants sont détectés chaque année, indique le professeur Hamdi Cherif Mokhtar, directeur du registre du cancer de Sétif et membre du comité d’exécution du plan national cancer. Ce qui fait que sur les 814 cas détectés, 144 sont des cancers colorectaux, indique, pour sa part, Athmane Mehdi, chargé de communication auprès du CHU. «Le cancer colorectal est classé premier à Béjaïa et deuxième à l’échelle nationale, avec entre 4000 et 5000 cas chaque année chez les hommes. Nous devons faire de cette opération pilote un modèle, notamment en mettant le patient au cœur de nos préoccupations», plaide le Pr Bouzid. Au cours de l’année 2017, la campagne de dépistage précoce sera élargie aux wilayas de Laghouat et Batna dans un premier temps, avant de se généraliser à l’ensemble du territoire national. Quatre-vingts volontaires, hommes et femmes, sont déjà passés entre les mains de l’équipe multidisciplinaire déployée sur le terrain à Souk El Ténine, informe le professeur Danoune, qui ajoute que l’opération-étude, qui cible la population à haut et moyen risques, dont l’âge varie entre 50 et 74 ans, a permis de détecter un cas positif qui est immédiatement pris en charge au niveau des différents services concernés du CHU. Après Souk El Tenine, l’équipe sera déployée à Melbou et Amizour, avant de s’étendre à toutes les communes pour cibler le maximum de personnes de cette tranche d’âge, qui représente 10% de la population de Béjaïa, indique-t-on. Ces sorties sur le terrain sont appuyées par les associations, les infirmiers et les médecins généralistes. Sensibilisation Plusieurs objectifs sont assignés à cette étude. Elle doit permettre à l’équipe, selon le professeur Bouzid, d’aller constater de visu sur le terrain et de donner des directives, avec en ligne de mire la pérennisation de l’opération. Mais l’objectif principal reste la détection à temps du cancer colorectal. «Il faut savoir que 70% des cas de cancer colorectal sont détectés tardivement. Or, s’il est détecté précocement, la médecine permet aux personnes atteintes de guérir à 100% de ce mal», fera savoir le professeur Hamdi Chérif Mokhtar. Comme en France et dans les autres pays qui se sont lancés dans la prévention et la détection précoce du cancer, ce dernier a baissé sensiblement. L’Algérie semble avoir opté pour cette voie qui permettra de sauver des centaines de vies. La démarche, inscrite dans le long terme, portera ses fruits dans 20 ans, a expliqué Pr Bouzid. Mais pour que les objectifs soient atteints, des moyens matériels, logistiques et humains doivent être déployés, afin de garantir une prise en charge efficace des patients testés positifs. Pour ne citer que deux exemples, la wilaya de Béjaïa ne dispose ni de mammographe ni de service de radiothérapie. «Nous devons répondre avec des moyens», insiste le Pr Hamdi Cherif Mokhtar. En outre, en plus des tests médicaux de dépistage, l’opération sur le terrain est une occasion pour l’équipe médicale de se frotter à la population en vue de la sensibiliser à adopter certains comportements et en finir avec d’autres. Dans cette optique, la sensibilisation, dans laquelle doivent également s’impliquer d’une façon active les associations et les médias, doit porter sur la qualité du mode de vie et des habitudes alimentaires des populations. Ces dernières tendent à s’occidentaliser, explique le Pr Bouzid, et cela n’est pas pour rien dans la propagation du cancer en Algérie. «Il faut désoccidentaliser notre mode d’alimentation et revenir au mode méditerranéen et à une alimentation à base de fruits, légumes, céréales etc.», préconise le Pr Bouzid. Source : El Watan, du 08 Janvier 2017 Auteur : M. Hamed Khodja. Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia'

CHU Béjaia Le 08-01-2017

L’accueil et la qualité des soins au menu

' Journée de formation au profit de l’administration Une session de formation au profit des administrateurs du CHU a été organisée, samedi dernier, à l’initiative de la direction de l’établissement dans un établissement hôtelier privé de Tichy. Elle a été animée par Madjid Salmi, maître de conférences classe A, enseignant à l’université de Tizi-Ouzou et à l’Ecole Nationale de Management de la Santé et spécialisé en Economie de la Santé. L’hôpital d’aujourd’hui, la contractualisation des relations entre les bailleurs de fonds et les prestataires de soins et, enfin, l’évaluation de la qualité de soins ont été les principaux thèmes sur lesquels l’orateur s’est étalé durant sa conférence. Pour initier ces nouveaux administrateurs à la conception professionnelle d’une structure hospitalière, le conférencier décortiquera, tout d’abord, les différentes options architecturales des hôpitaux et unités de soins en insistant sur les règles auxquelles obéit leur conception. Du modèle pavillonnaire au modèle d’intégration en passant par ceux de superposition et de juxtaposition, tout a été expliqué par Madjid Salmi qui fera remarquer que le malade, le médecin et l’équipe des soins sont les trois principaux usagers qui sont pris en considération dans les exigences, pour la réalisation d’une structure hospitalière. Il parlera, également, des différentes entités de l’hôpital lesquelles assument différentes fonctions, quoique complémentaires. L’orateur dissertera largement sur les services des urgences qui sont considérés comme le véritable point fort ou de faiblesse d’un hôpital. Les outils de l’évaluation quantitative et qualitative de ces services ont été également développés. Le système d’information a pris beaucoup de temps lors de cette conférence. Celui-ci regroupe, soulignera l’orateur, une grande variété de ressources allant de l’humain à l’informatique, lequel a, par ailleurs, un impact sur les autres composantes de l’entreprise. Il expliquera les différentes fonctions du système d’information en commençant par la collecte jusqu’à la diffusion en passant, bien entendu, par le stockage et le traitement. Toujours dans le cadre de cette formation, l’assistance a été informée du rôle que jouent les différentes structures de soutien au ministère de la santé, tel que le conseil national de la santé, l’institut de la santé publique, l’école nationale de la santé publique, le laboratoire de contrôle des produits pharmaceutiques et autres. Le professeur Abdelmalek Danoune, directeur général du CHU, dira à propos de cette journée d’étude qu’elle a pour objectif de former les administrateurs, dans le but de leur faciliter l’intégration dans le circuit professionnel. Il dira, également, que l’accueil et la place d’un administrateur dans un hôpital sont les principaux axes de la rencontre. Source : La Dépêche de Kabylie du 02 Janvier 2017 Auteur : A. Gana Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia. '

CHU Béjaia Le 03-01-2017

Première Rencontre des Administrateurs du CHU de Bejaia

'Une cinquantaine d’Administrateurs exerçant au CHU de Bejaia sont attendus ce samedi 31.12.2016, à l’hôtel « Les Hammadites » pour prendre part d’une journée de formation continue sous le thème de « La gestion hospitalière, nouvelle démarche, nouveaux défis ». La manifestation sera organisée par le Centre Hospitalo-universitaire de Bejaia et animée par le Professeur M. SALMI, enseignant à L’Ecole Nationale de Management de la Santé (ENMAS), spécialiste en économie de la Santé. La formation rentre dans le cadre d’une stratégie de perfectionnement et de mise à niveau de la nouvelle génération de cadres, face aux nouvelles exigences imposées par les mutations socio-économiques du monde moderne. Elle vise également, la préparation d’une élite qualifiée et apte à accéder aux postes importants et assurer une gestion de qualité qui répond aux préoccupations et aux attentes de la population en matière de prestation de soins. Programme de la journée : 8h 00 : Accueil 08h15: Ouverture de la journée et prise de parole. 08h30: L’hôpital d’aujourd’hui (Première partie). • Le fonctionnement général de l’établissement de soins • L’importance de l’accueil • L’évaluation des aspects hôteliers • Les services généraux et services logistiques • La gestion des déchets • L’évaluation des technologies de soins ; *l’impact du développement de ces technologies sur l’état de santé des individus ; *la diffusion des technologies dépendra du nombre d’adopteurs, des retards dans l’adoption et de l’intensité de celle-ci ; *problèmes liés à la maitrise des technologies médicales ; *dépendance vis-à-vis de l’extérieur 10h00 : Débat. 10h15 : Pause santé 10h30 : L’hôpital d’aujourd’hui (Deuxième partie) • Les équipements médicaux • La démographie médicale • Les éléments structurels de soins 11h30: Débat 12h00 : Pause- déjeuné. 01 heures 13h00: La contractualisation des relations entre les bailleurs de fonds et les prestataires de soins 14h00 : Débat 14h15 : L’évaluation de la qualité de soins. 15h15 : Débat 15h45: Collation et Clôture. Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia.'

CHU Béjaia Le 28-12-2016

Actu-Météo

Béjaïa

Plus de News

Actu-Vidéo