Faites attention au monoxyde de carbone!!


Le 05-02-2019

Faites attention au monoxyde de carbone!!

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz toxique, inodore, incolore et inflammable.

C’est un meurtrier silencieux qui fait des milliers de victimes chaque année.

A Bejaia seulement, cinq (05) victimes ont été enregistrées depuis l’arrivée de la saison hivernale. D’autres ont été sauvées de justesse par les éléments de la protection civile.

Afin d’éviter le drame que peut engendrer ce produit, suivez les indications suivantes :

1. Aérer votre domicile tous les jours même par temps froids au moins 10 minutes par jour;
2. Vérifier chaque année les installations et nettoyez les filtres ;
3. Ne jamais faire fonctionner un chauffage d’appoint et continu ;
4. Ne pas se chauffer avec des appareils non destinés à cet usage (réchauds de camping, fours, barbecues…etc.
5. Vérifier la couleur des flammes dégagées par votre chauffage. Si elle est bleue, c’est que la combustion est complète (pas de monoxyde de Carbonne). Si la flamme devient paresseuse ou de couleur jeune, c’est probablement le signe d’une combustion incomplète et donc de la production de monoxyde de carbone.

Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia.

Également au CHU

Le Professeur Abdelmalek DANOUNE, Directeur Général du CHU de Bejaia, répond aux accusations Infondées de Mme Ikhlef. Z députée de Bejaia.

' En réponse à vos allégations mensongères et diffamatoires sur le journal « Liberté » du vendredi 13 et Samedi « La mauvaise gestion du CHU de Bejaia », je vous réponds point par point, ci-après : 1- Concernant la « gestion catastrophique » du CHU et les structures quasiment paralysées par une grève illimitée, il vous suffisait d’un déplacement à l’hôpital Khelil Amrane pour constater que l’activité n’a jamais été perturbée malgré le mouvement de grève enclenché par l’UGTA qui est venu sonner l’alarme par rapport à une situation intolérable vécue par leurs collègues sages femmes de Targa ouzemour qui croulent sous le nombre effarant de parturientes de toute la wilaya. Il est tout à fait normal qu’un syndicat réagisse à des situations, elle dénote la vitalité du personnel du CHU Bejaia et il est important que le partenaire attire notre attention sur ses conditions de travail. 2- Concernant la suite à donner au « rapport accablant de la commission d’enquête ». En effet Monsieur le Ministre a dépêché en date du 15 et 16 Mai 2018 une inspection concernant toutes les requêtes qui lui sont parvenues. Personne ne connait les conclusions du rapport. 3- Concernant le patient atteint de cancer qui n’aurait pas été pris en charge, il aurait été très raisonnable pour la députée Ikhlef de nous informer à temps, et si cela s’avérait vrai l’administration prendra les mesures adéquates. Au contraire, le CHU de Bejaia se distingue par un bilan d’activité médicale d’urgence, chirurgicale de haut niveau, appréciable par rapport à sa taille et ses effectifs. Il est aussi remarquable dans sa politique de formation : 30 médecins urgentistes pour toute la république pour l’année 2017 et 641 employés toute catégories confondues formés pour Bejaia et sa région, rien que pour le premier semestre 2018. 4- La députée Ikhlef parle de fuite des compétences et elle cite pour cela le cas du Pr Kara Zoubir. Elle doit savoir que Pr Kara est parti pour des raisons que nous connaissons et qu’elle ignore. Par ailleurs Pr Kara ne s’est jamais mieux Senti et mieux exprimé qu’à Bejaia, ce qui lui a permis, d’être major au concours organisé par le MESRS et qu’il n’a gardé que de bons souvenirs de Bejaia en général et du CHU Bejaia en particulier. 5- Concernant « le Matériel prêté au privé », je vous mets au défi d’apporter les preuves car le seul matériel prêté du privé au CHU est bien l’amplificateur de brillance qui nous a permis de placer les premiers pace Maker du CHU Bejaia. 6- La députée Ikhlef parle de briser au moins 04 services dont celui des urgences. Nous pensons qu’elle n’est pas bien informée. Le problème se pose effectivement au niveau de 02 services, les services concernés sont les : - Service d’ophtalmologie dirigé par un Médecin Chef qui à son arrivée a trouvé un service fonctionnel avec une demi-douzaine de médecins qui ont été forcés au départ à cause d’une gestion autoritaire, inique et sans partage. Le service sera remis sur les rails avec l’arrivée d’un nouveau chef de service. - Le 2ème service concerné est celui de l’anesthésie réanimation qui souffre du manque de personnel paramédical, problème qui sera réglé avec le recrutement du personnel fin juillet /août 2018. Le service des urgences accomplit convenablement la mission qui fait sa raison malgré l'exiguïté des espaces que la députée Ikhlef connait. Les choses iraient mieux si la députée Ikhlef défendait le lancement du CHU ou du moins l’inscription d’un EPH à Bejaia qui permettrait la prise en charge des malades relevant de la santé publique et réduirait la pression sur le CHU qui a d’autres missions fixées par la réglementation (soins de haut niveau et formation). Bureau de l'Information, de la Communication et d'Audio-visuel du CHU de Bejaia.'

CHU Béjaia Le 19-07-2018

Avis de recrutement des diplômés en Sciences Infirmières de l’Université de Bejaia

' En application de la correspondance N°1137/DGB/DRBCD/SDRI du 31/10/2017 émanant du ministère des finances, le Centre Hospitalo-universitaire de Bejaia, lance un avis d’appel pour le recrutement des diplômés des sciences infirmières, produit de l’Université de Bejaia dans le grade d’ « Infirmier de Santé Publique Contractuel ». La séléction des candidatures sera effectuée sur la base de l’ancienneté du diplôme et du classement dans le cursus universitaire du candidat. A cet effet, les licenciés en sciences infirmières de l’Université de Bejaia, sont invités à déposer leur demande de candidature au niveau de Direction des Ressources Humaines (DRH), accompagnée des pièces suivantes : - Copie du diplôme - Cursus universitaire Le nombre de postes ouverts, est de vingt trois (23) postes. La date limite de dépôt des dossiers est de quinze (15) jours, à la date de la publication de présent avis. Bureau de l’information, de la Communication et d’Audio-Visuel du CHU de Bejaia'

CHU Béjaia Le 19-07-2018

Le Service de la Cardiologie Interventionnelle baptisé au nom du Chahid ALLOU M’hand

'Le Service de la Cardiologie Interventionnelle baptisé au nom du Chahid ALLOU M’hand A l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance et de la jeunesse, le Wali de Bejaia, Monsieur MEZHOUD ainsi que le Président de l’APW, Monsieur HADDADOU, accompagnés d’une forte délégation et de la famille de la santé, ont baptisé le service de la cardiologie interventionnelle du CHU de Bejaia au nom du Chahid ALLOU M’hand. Il y avait beaucoup d’émotion dans l’air, particulièrement, au sein de la famille ALLOU dont les frères étaient aux larmes, touchés par ce geste de reconnaissance de l’Etat. Ce qui a ajouté à l’émotion, c’est ce patient, venu spécialement de Tizi Ouzou, Monsieur Tahar SIFER qui a tenu à lire son témoignage à l’égard de celle qui lui a « sauvé la vie », en l’occurrence, le Professeur ZOUZOU Hanane, qui était présente pour la présentation des équipements. Voici son texte : Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs ; « Je garde du Professeur ZOUZOU, le souvenir impérissable d’un médecin hors pair qui marquera pour toujours mon existence grâce à un geste salvateur effectué sur ma personne le 21 mai 2006 dans des conditions particulièrement délicates car faisant suite à un arrêt cardiaque dont je venais d’être victime au service de cardiologie du CHU Mustapha d’Alger. En effet, au moment où toute l’équipe médicale mobilisée à mon chevet, en présence du Pr. Chef de service, commençait à désespérer après m’avoir appliqué sans succès les trois « chocs » par défibrillateur, indiqués dans ma situation, pour me réanimer, le Pr. ZOUZOU de passage dans le service, venant de rentrer après un stage d’une année en France pour parfaire sa formation en ryhtmologie, avait suggéré avec insistance qu’on m’administre un nouveau choc à la suite duquel …..Mon cœur avait miraculeusement redémarré. Depuis lors elle n’a pas cessé de suivre l’évolution de mon état de santé qui s’était progressivement amélioré. Lors de ma convalescence, et en complément aux médicaments spécifiques prescrits, elle m’avait déclaré que la solution définitive consistait en la pose d’un défibrillateur implantable qui malheureusement n’était pas encore réalisable en ce temps-là en Algérie. Un dossier médical complet avait alors été minutieusement constitué par ses soins pour me programmer un transfert en France dans un délai raisonnable, elle m’avait même défini avec précision la marque et le type d’appareil que je devrais recevoir. C’est ainsi que j’avais bénéficié en septembre 2006, d’une prise en charge médicale délivrée par la CNAS pour être traité à l’hôpital Georges POMPIDOU – PARIS. Le Cardiologue qui m’avait accueilli était agréablement surpris de recevoir des renseignements précis concernant ma maladie allant jusqu’à définir les références du type d’appareil que je souhaitais. Ce même praticien qui avait confirmé le traitement décidé en Algérie, avait eu la délicatesse de me montrer avant l’intervention le boîtier qu’il allait me poser, histoire de me mettre en confiance pour approuver que l’appareil choisi était bel et bien celui qui convenait à mon cas. En juillet 2011, l’état de la pile arrivait à épuisement ce qui justifiait son remplacement que le Pr. ZOUZOU s’était proposé de réaliser dans son service au CHU Mustapha. A l’appréhension légitime que j’éprouvais, le Professeur ZOUZOU opposait une assurance débordante qui me mettait dans la gêne tant le dévouement et la disponibilité dont elle faisait preuve à mon égard étaient quasi permanents. Le geste avait été réalisé avec succès sans aucun incident avec des contrôles réguliers jusqu’au mois de novembre 2017 date à laquelle l’appareil était de nouveau arrivé à épuisement. A l’angoisse et à la panique qui me gagnaient de savoir que le Pr. ZOUZOU était muté sur sa demande au CHU de BEJAÏA et que les services de cardiologie d’ALGER ne disposaient pas de ce type d’appareil, le Pr. ZOUZOU n’avait pas hésité à me demander d’accepter de me faire suivre à BEJAÏA oû elle projetait d’aménager et d’équiper une salle spécialement réservée à la cardiologie interventionnelle. Spontanément j’avais donc pris rendez-vous en décembre 2017 et le 13 février 2018, comme prévu, je subissais l’intervention encore une fois DIEU Merci avec succès. Au-delà de ses compétences techniques reconnues et avérées, le Pr. ZOUZOU dont la discrétion force l’admiration en demeurant toujours loin des feux de la rampe, dispose d’un capital de confiance absolue et d’un dévouement sans limites vis-à-vis de ses malades qu’elle ne se lasse jamais d’écouter. En tant qu’ancien cadre de la Santé, j’éprouve une légitime fierté de constater qu’en dépit de difficultés certaines, il existe dans le Pays, des praticiens compétents responsables que l’intérêt général préoccupe au plus haut point. » Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia.'

CHU Béjaia Le 08-07-2018

Intervention chirurgicale délicate réussie avec succès

' Une équipe pluridisciplinaire composée de neurochirurgiens, d’Orl, d’orthopédistes d’anesthésiste-réanimateurs et de paramédicaux du CHU de Bejaia a permis à un jeune homme âgé de 32 ans originaire de la municipalité d’Amizour, victime d’une agression par objet tranchant avec fracture de la deuxième vertèbre cervicale (C2) de récupérer l’ensemble de ses capacités. L’opération a duré plus de cinq (05) heures et la victime a quitté l’hôpital après une semaine d’hospitalisation, en bonne santé. Un grand merci pour toute l’équipe. Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia.'

CHU Béjaia Le 04-07-2018

Actu-Météo

Béjaïa

Plus de News

Actu-Vidéo