Entretien exclusif du Quotidien National El Watan avec le Professeur Abdelmalek Danoune. DG du CHU de Béjaïa


Le 21-02-2018


«Le départ de chirurgiens vers le privé est un phénomène national».

Nous avons suivi ces jours-ci une certaine polémique en rapport avec le service de chirurgie générale du CHU.
Y a-t-il malaise ?
Plutôt que de parler de malaise, je dirai qu’il y a dynamique positive où l’objectif institutionnel est jalousement conservé. Je m’explique : on parle de départ dans le privé de certains chirurgiens. En effet, c’est une réalité et c’est un phénomène national.
De grands professeurs de chirurgie, de cardiologie, de néphrologie, de radiologie et d’autres spécialités encore sont partis s’installer dans le privé. Ce n’est pas une réalité bougiote, c’est national. Concernant le CHU de Béjaïa, je dirai que ceux qui sont partis l’ont fait par choix et non parce qu’ils y ont été poussés. Si c’était le cas, le partenaire social, le syndicat des praticiens spécialistes, m’aurait interpellé immédiatement.
En effet, j’ai eu à expliquer dans des réunions avec les partenaires concernés les motivations des uns et des autres et en partageant avec eux les défaillances constatées sur le terrain. Quand l’accompagnement est nécessaire pour améliorer les pratiques, donc le service rendu, nous le faisons. A ce jour, deux formations sur l’accueil et l’orientation ont été organisées et d’autres sont au programme concernant tous les corps.
C’est quand même dommage de venir rappeler que le patient nécessite de l’écoute et de l’empathie. Nous sommes tous responsables chacun à son niveau et nous devons tous assumer. A ceux qui parlent d’aventuriers au CHU, je réplique en rappelant que notre seul objectif est de permettre à tout praticien d’exercer son art.
L’expertise de tous nous intéresse et je souhaite leur adhésion pour bâtir ensemble ce CHU et cette faculté de médecine qui sont encore nouveau-nés. L’histoire ne peut pas s’accommoder d’approximation et d’hésitations car il s’agit de l’intérêt des malades et des étudiants.

Des voix s’élèvent pour dire que le matériel destiné à une salle de cathétérisme est dans des cartons...
Oui, j’en ai entendu parler et j’ai mis personnellement cela sur le compte de l’impatience des usagers et de leurs familles, car malheureusement les malades sont transférés pour les pace et les stent soit à Tizi Ouzou, soit à Alger, avec toutes les contraintes objectives que nous rencontrons, comme la surcharge des routes et les retards de prise en charge.
La cardiologie interventionnelle à Béjaïa est un rêve tant caressé, comme la pénétrante, le gaz pour tous et le CHU. Elle permettra à la wilaya de prendre en charge la pathologie cardiaque, y compris faire des gestes invasifs tels que la pose de pacemaker, de stents, la coronographie, voire même le développement de techniques qui vont nous distinguer des autres établissements du pays : les techniques d’ablation qui coûtent les yeux de la tête à l’Etat lors de transferts à l’étranger.
Il s’agit donc d’une opération acquise après trois années de lutte acharnée et inscrite sous l’intitulé «Acquisition, pré-installation et mise en service d’une salle d’angiographie mixte coronaire et vasculaire diagnostique et interventionnelle au profit du service de cardiologie du CHU Béjaïa».
Nous sommes dans les délais pour sa mise en service et Béjaïa aura sa salle de cathé très bientôt, baptisée des noms de deux prestigieux médecins, mon maître, le professeur Christian Cabrol, médecin des pauvres à Paris, et le docteur Abdelkader Belabès, médecin des pauvres à Béjaïa. Connaissant la transition épidémiologique et le pourcentage des affections cardiovasculaires, on ne peut pas se payer le luxe d’être hors jeu sur cette question.
Par ces actions qui demandent beaucoup d’énergie et de disponibilité et grâce au soutien des pouvoirs publics qui ne demandent qu’à être éclairés et sollicités à temps, le CHU de Béjaïa est au cœur même de sa responsabilité sociale, quand bien même la contrainte infrastructurelle serait permanente.
En effet, avec ses structures éclatées (Khelil Amrane, Targa Ouzemour et Frantz Fanon), le CHU se trouve malheureusement le moins pourvu en lits d’hospitalisation, avec 470 lits pour une population de presque un million d’habitants.
A propos de la chirurgie, d’aucuns espèrent voir se raccourcir les délais d’attente pour les rendez-vous. Y a-t-il une solution pour arriver à cela ?
Nous avons inscrit pour la chirurgie justement, dans une dynamique de «ceinture de l’ogresse de la santé» dans la wilaya, pour paraphraser quelqu’un, un dispositif de jumelage intra-wilaya et inter-wilaya.
Ce dispositif consiste à mobiliser durant les week-ends les équipes du CHU dans toutes les disciplines au niveau des EPH de la wilaya, Kherrata, Aokas, Amizour, Sidi Aich et Akbou, en prenant en charge les patients présentant des pathologies bénignes nécessitant un geste chirurgical (lithiase vésiculaire, hernie, ectopie testiculaire…).
Ce programme qui répond aux instructions de Monsieur le ministre de la Santé vise à assurer une solidarité régionale intra et inter-wilaya, appelée jumelage, qui va permettre au CHU de récupérer sa vocation première qui est les soins de haut niveau, formation et recherche. Les directeurs des EPH, les chirurgiens, les AMAR sont tous invités à réussir cette action humanitaire d’envergure.

Pour finir, y a-t-il un espoir de voir le personnel du CHU s’humaniser dans ses relations avec les patients et leurs
accompagnateurs ?
Bien sûr que oui, d’autant plus que dans les orientations de la World Federation of Medicine (Fédération internationale de médecine) le premier critère exigé pour entrer dans le temple de la médecine réside justement dans les prédispositions psychologiques d’humanisme, de don de soi, d’altruisme et la passion pour ce métier ô combien noble mais souvent ingrat.
Tout cela entre justement dans la qualification de médecins Cinq étoiles, défendue par la Sidmef (Confédération internationale des doyens des facultés de médecine d’expression française) dont les experts ont eu déjà à nous orienter sur ce registre à Béjaïa.
A ce titre, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, dans ses dernières orientations, a inscrit en priorité pour l’année 2018 une formation sur l’accueil et l’orientation en milieu hospitalier. Sinon, pour conclure, il ne devrait pas y avoir de lieu plus humanisé qu’un établissement de santé.

Par Kamel Medjdoub
Le Quotidien National El Watan du 21.02.2018

Également au CHU

De Saint-Etienne à Bejaia sur la piste des géants de la médecine.

' Depuis le 19 février 2015, date de signature de la convention Médico-Universitaire entre Bejaia et Saint-Etienne, initiative du Docteur Bachir SAHI soutenue par le Consulat Algérien à Saint-Etienne, Monsieur LESBAT, validée les trois Ministères MAE, Santé et Enseignement Supérieur, les Professeurs Stéphanois ont réalisé Bénévolement seize (16) missions de soins à Bejaia de 5 à 7 jours dans des spécialités diverses à savoir ; La Chirurgie Orthopédique Adulte avec le Professeur FARIZON ; La Chirurgie Orthopédique Pédiatrique avec le Professeur DOHIN ; Chirurgie Viscérale Pédiatrique avec le Professeur VARLET ; Hygiène Hospitalière avec le Professeur BERTHELOT ; Psychiatrie avec le Professeur MASSOUBRE ; Organisation des Soins Infirmiers avec Madame PERRIN ; Formation en Psychologie avec Madame DJOUDER et Monsieur MATHIAS ; Formation en Gériatrie avec le Professeur GONTHIER ; Chirurgie Maxillo-faciale avec le Professeur SEGUIN. Le bilan à se jour se présente comme suit : 25 enfants qui présentaient des pathologies lourdes en plus de cinq adultes ont été opérés. Il y a eu aussi la formation de Médecins Généralistes, 22 Psychologues, 50 paramédicaux et 300 Praticiens et étudiants en Gériatrie avec la Faculté de médecine de Bejaia, en plus de 30 consultations d’enfants handicapés. https://www.youtube.com/watch?v=-vkj6kf6rPA&feature=youtu.be Bureau de l’Information, de la Communication et d'Audio-visuel du CHU de Bejaia. '

CHU Béjaia Le 25-01-2018

Le Docteur Abdelkader BELABAS, ce médecin des pauvres, méconnu.

' S’il y a des personnes envers lesquelles nous devons être toujours redevables, le Docteur BELABAS fait bien partie de celles là. En effet, ce médecin mécène, philosophe et homme de sciences a été tout cela en même temps. Comment peut-il en être autrement lorsque tous ceux qui l’ont connu le comparent à IMOTHEP, le célèbre médecin des pharaons pour sa compétence, sa générosité et son humilité. Il a en effet marqué son époque au point ou Monsieur Hamid TAHRI lui a consacré une biographie retraçant son parcours depuis son jeune âge jusqu'à son décès en 2002 en passant par son exercice de la médecine pour tous, particulièrement les plus démunis et son contact facile avec toutes les franges de la société. Pour l’Imam Egyptien Abdelghani CHEHATA adopté par la population bougiote, la générosité du Docteur BELABAS n’a d’égal que sa piété. Pour l’anecdote, le Docteur Francis activiste politique connu et devant s’absenter pour un mois et pour ne pas fermer son cabinet médical proposa au Docteur BELABAS de le remplacer. A son retour, il retrouva la caisse vide et s’en inquiéta auprès de son ami. Le Docteur BELABAS lui rétorqua : « Vous m’avez demandé de tenir le cabinet, c’est fait pour le reste c’est fisabilillah. ». Il était le symbole de l’honnêteté et la rigueur, il peut être un exemple pour nous tous et surtout pour la jeunes génération de médecins. Nous lui devons respect et reconnaissance. Que Dieu tout puissant lui réserve une place parmi les fidèles dans son vaste paradis. Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia.'

CHU Béjaia Le 22-01-2018

توضيح للرأي العام

' ردّا على صور الأِسرّة و الأفرشة الخاصة بالرضع والمولودين الجدد، المتداولة على شبكة التواصل الاجتماعي ، والتي تشوّّه الصورة الحقيقية للوحدة الإستشفائية الجامعية الشهيد أيت مختار – تارقة أوزمور- نطمئن الرأي العام المحترم عامة والمرتفقين خاصة بأن الصور لأسرّّة شاغرة في انتظار .تنظيفها رغم أن اللجوء إلى هذه المنشورات ، تلفت حقا انتباه المسؤولين إلا أنّ تأثيرها يبقى سلبي على معنويات الموظفين الذين يسهرون ليل نهار على راحة المريض و خدمته على أحسن وجه من جهة ، و فقدان ثقة المواطن بالمرافق العامة من جهة .أخرى كما لا يخفى أنّ هذه الوحدة الإستشفائية الجامعية تستوعب عدد هائل من الحوامل يوميا لسبب جودة الخدمات العلاجية المقدمة. فهي تستقطب حوامل من جميع أنحاء الولاية، بل تتعدى إلى الولايات المجاورة، هذا ما جعل مصالحها مكتظة بشكل يتعدى .بكثير قدراتها الاستيعابية لتحسين الوضعية أكثر فأكثر، سهرت السلطات المحلية على انجاز مشروع توسعة الوحدة الإستشفائية الجامعية الشهيد أيت مختار – تارقة أوزمور- بقدرة استيعاب إضافية تعادل 140 سرير، وقد تفتح أبوابها للمواطن بحول الله في الثلاثي الأول من .هذه السنة "إن الله في عون عبده، ما دام العبد في عون أخيه" مكتب الإعلام، الإتصال والسمعي البصري للمستشفى الجامعي لبجاية '

CHU Béjaia Le 21-01-2018

Recensement des infirmiers diplômés en en sciences Infirmières des universités de Bejaia et Mostaganem.

' Les diplômés en Sciences Infirmière des Universités de Bejaia et de Mostaganem, sont invités de prendre contact avec Monsieur Rachid MESSAOUDI, Urgence signalée (deadline), le Dimanche 21 Janvier 2018 à 16 heures, et ce, sur les coordonnées suivantes : E-mails aux: Direction_general@chubejaia.dz Sous_direction_formation@chubejaia.dz Ou par fax aux - 034 12 33 61 - 034 12 32 16 Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia. '

CHU Béjaia Le 21-01-2018

Actu-Météo

Béjaïa

Plus de News

Actu-Vidéo