Actualités

LUTTE CONTRE LA MALADIE ÉLÉPHANTIASIS Grande mobilisation citoyenne à Tichy


Le 20-08-2018

Prise en charge des malades au Centre hospitalo-universitaire de Béjaïa
Connue pour être une ville touristique, Tichy se singularise cet été avec une autre valeur, celle de la solidarité.
Les bonnes réussites font des émules. Après avoir réussi a prendre en charge une de leurs victimes de l'éléphantiasis, une maladie qui atteint le système lymphatique et peut entraîner une augmentation anormale du volume de certaines parties du corps, à l'origine de douleurs, de handicaps sévères et de stigmatisation sociale, Solid'art, une association entourée d'un collectif de bénévoles, prend son bâton de pèlerin pour réunir des fonds dans le but d'acquérir l'équipement nécessaire à la prise en charge des malades au profit du Centre hospitalo-universitaire de Béjaïa. Lors d'une conférence de presse animée hier à l'hôtel Raya de Tichy, le professeur Danoune, DG du CHU de Béjaïa, a estimé à 100 le nombre de cas en Algérie, dont trois à Béjaïa. «La filariose lymphatique, communément appelée éléphantiasis, est l'une des maladies tropicales, qui bénéficie actuellement de trois programmes de l'OMS», a-t-il déclaré, précisant que «l'infection se produit lorsque les parasites filaires responsables de la maladie, sont transmis à l'homme par des moustiques. Une infection qui provoque des dommages non apparents dans le système lymphatique». Cette maladie, ajoute-t-il, «se manifeste visiblement par des douleurs et défigurant gravement le lymphoedème, l'éléphantiasis et la tuméfaction du scrotum, n'apparaissent que plus tard dans la vie et peuvent entraîner des incapacités permanentes. Les sujets atteints ne souffrent pas uniquement d'incapacités physiques, ils sont également touchés par des troubles mentaux, et des problèmes sociaux et financiers qui sont autant d'agents de stigmatisation et de pauvreté».
La filariose lymphatique touche 120 millions de personnes dans le monde, dont un tiers en Afrique. Elle est due à des vers parasites filiformes transmis à l'homme par les piqûres de moustiques. Ces parasites microfilaires envahissent directement les réseaux lymphatiques les plus proches de l'inoculation (membres inférieurs le plus souvent, les organes génitaux, plus rarement les membres supérieurs ou les seins! La découverte de cette pathologie s'est faite, par le plus grand des hasards, en février 2009, dans le cadre des activités de l'association Kontacts qui séjourne une à deux fois par an à Kaya au Burkina Faso. Cette association apolitique, aconfessionnelle et sans vocation médicale s'efforce, depuis 15 ans, de mettre en relation dans un cadre scolaire, de jeunes Français et Burkinabés (ce mot est invariable). La ville de Kaya, 15000 habitants, est située à 100km au nord-est de la capitale, Ouagadougou. A Tichy, dans la wilaya de Béjaïa, ce sont les habitants qui récidivent après s'être mobilisés dans une vaste campagne de solidarité avec un jeune homme de la région, atteint de la même maladie pour collecter des fonds afin de le transférer à l'étranger pour des soins.
En effet, le jeune homme en question, Nadir Zemouri, âgé de 40 ans, était atteint d'éléphantiasis. Des jeunes, pleins d'entrain pour la bonne cause, se sont mobilisés avec succès. En France, à Saint-Denis plus précisément, une association à caractère social, Miroir et différence, présidée par Ourdia Aîbache originaire de Tichy, s'est mise de la partie en mobilisant la forte communauté kabyle implantée dans cette ville, où un gala de solidarité sera organisé le 15 octobre.
Au Canada, au Québec notamment, de jeunes émigrés de la région de Béjaïa se sont sentis pleinement concernés par le malheur qui frappe le jeune Nadir, en organisant des collectes pour pouvoir aider le malade dont l'état de santé nécessite une intervention en France.
Le malade sera par la suite pris en charge. Il est présentement en voie de guérison. Ce succès encourage le collectif. Lors du transfert de Nadir en France, Omar Aït Mohktar, coordinateur de citoyens algériens en France, accompagnateur du malade lors de son transfert en France, a fait une proposition au docteur Corine Bekker sur la possibilité d'accompagner l'hôpital de Béjaïa dans le traitement de cette maladie.
Elle accepte de venir opérer sur place, pour peu que les équipements soient à disposition, ce qui explique cette opération de collecte organisée par Solid'art de Tichy, indique Okba Bedahouche. Une opération parrainée par le chanteur Idir et autres vedettes de la chanson kabyle, qui ont animé plusieurs galas à Tichy et à Aokas. Soutenue par l'Office national des droits d'auteur et droits voisins, et d'autres opérateurs économiques, dont l'établissement Beaux-Rivages, cette opération avance dans de bonnes conditions, a-t-on rassuré hier. Il est dommage que quelques artistes invités ont exigé leurs cachets. Une fausse note en somme dans une opération de solidarité.

Par Arezki SLIMANI - L'Expression du Dimanche 19 Aout 2018

Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia.

Également au CHU

APPEL A LA COMMUNICATION

'REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Centre Hospitalo-Universitaire de Bejaia APPEL A LA COMMUNICATION Le Centre Hospitalo-universitaire Khellil Amrane de Bejaia, organise les premières journées Médico-chirurgicales du CHU qui auront lieu le 16 et 17/04/2016 à l’Auditorium Aboudaou de l’Université de A/Mira de Bejaia. Les thèmes retenus sont: - Les urgences médicochirurgicales. - Les actualités thérapeutiques. - Communication libres. Prière d’adresser les abstracts avant le 15 Mars 2016 au Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-Visuel (BICAV) du CHU de Bejaia, à l’adresse Mail suivante : JMCCHUB2016@yahoo.fr Ou par Fax au numéro suivant : Fax : 034 12 33 61. Les résumés doivent être rédigés avec les caractères Times New Roman, police 12. Ils doivent comporter : - Le titre - Auteur et co-auteurs - Objectifs - Matériels et méthodes - Résultats - Conclusion Le comité d’organisation vous remercie pour votre participation. Veuillez télécharger l'abstract à partir du lient suivant: http://www.chubejaia.dz/chu/image/file/1452164515.PDF'

CHU Béjaia Le 07-01-2016

Focus sur le personnel du CHU

'ENTRETIEN AVEC LE PROFESSEUR SALAH BERKANE, ENTRETIEN AVEC LE PROFESSEUR SALAH BERKANE, CHEF DE SERVICE DE LA CHIRURGIE GENERALE ET PRESIDENT DU CONSEIL SCIENTIFIQUE DU CHU DE BEJAIA, «95% DES PATHOLOGIES DIGESTIVES CANCEREUSES SONT PRISES EN CHARGE AU CHU DE BEJAIA.» Né le 16 septembre 1960 à Alger, père de trois enfants, le Professeur Salah Berkane, est le produit de la Faculté de Médecine d’Alger. Maitre-assistant de la promotion de Mai 1992. En 2001, il réussira sa thèse sur le « Traitement radical du cancer de la vésicule biliaire », avant qu’il devienne Professeur spécialisé en chirurgie hépatobiliaire et digestive en Décembre 2006 puis Professeur Chef de Service au CHU de Bejaia suite au concours national de chefferie de service organisé en Mai 2014. BICAV : Vous venez d’être installé au CHU de Bejaia en qualité de Médecin Chef de Service de Chirurgie Générale et élu Président du Conseil Scientifique. Que signifient pour vous ces nouveaux postes de responsabilité ? « Les responsabilités qui m’ont été confiées nécessitent des efforts colossaux ; Car, s’occuper à la fois des activités d’enseignement, de chirurgie, de la chefferie de service et du conseil scientifique est une mission très lourde, mais je ne peux pas refuser ces louables tâches étant donné qu’elles visent à améliorer la prestation pour laquelle je suis là, mais surtout, le bien être des malades». BICAV : Est-ce qu’on peut dire qu’aujourd’hui la wilaya de Bejaia dispose d’un service de Chirurgie Générale doté de moyens humains et logistiques qui permettent aux malades locaux de ne plus se rendre vers d’autres wilayas pour se faire opérer? « Oui et non. Oui, puisque 95% des pathologies digestives cancéreuses sont prises en charge au niveau du CHU de Bejaia, à l’exception des cancers de l’œsophage que nous transférons vers la capitale. Chez nous, nous enregistrons peu de cas qui, malheureusement, ne permettent pas d’acquérir une expertise (Environs deux cas par an). Il faut dire que cette maladie exige une pratique permanente pour la maitriser. BICAV : Peut-on dire que le service que vous dirigez a atteint les normes universelles dans la prise en charge des interventions chirurgicales? « On ne peut parler de normes qu’après avoir réduit les délais d’attente à trois semaines qui sont nécessaires aux procédures préopératoires (Bilan préopératoire et discussion avec nos collègues anesthésistes-réanimateurs pour estimer les risques encourus par le patient). Au niveau de notre service, la moyenne varie d’un (01) mois pour les cancéreux et trois mois (03) pour les pathologies bénignes. Pour sortir de cette situation et afin de se rapprocher des normes, le nombre de salles opératoires doivent être doublées ». BICAV : Vous avez participé très récemment au congrès international qui s’est tenu dans la ville de MARRAKECH (Royaume du Maroc), Pouvez vous nous décrire l’objet de votre participation ? « Effectivement, durant l’année 2015, j’ai marqué ma participation à deux congrès internationaux. Le premier est le Congrès International de Chirurgie Générale organisé par l’Association Française de Chirurgie qui s’est déroulé du 30 Septembre au 02 Octobre 2015 au palais des congrès (Paris, France), durant lequel j’ai exposé cinq communications dont trois posters et deux communications orales. Les thématiques abordées sont, la cancérologie digestive, le cancer colorectal, le cancer de la vésicule biliaire, la carcinose péritonéale et les métastases hépatiques. Le deuxième événement auquel j’ai pris part, c’est la 10ème Conférence Internationale sur le Cancer en Afrique (10th International Conference on Cancer in Africa) abrité par la ville de Marrakech (Royaume du Maroc) du 18 au 22 Novembre passé. L’événement a été organisé en collaboration avec la fondation Lalla Salma pour la prévention et le traitement du cancer. Cinq (05) communications ont marqué mon passage à savoir entre autres, la chimiothérapie intrapéritonéale adjuvante après chirurgie radicale pour le cancer colique classe PT4, le cancer colorectal du sujet jeune, et la prise en charge des carcinoses péritonéales. » BICAV : Quelle sont les perspectives du Service de Chirurgie Générale? « Les perspectives de mon service visent la formation de toutes les corporations qui veillent au bon fonctionnement des protocoles de soins, le développement de la prise en charge de la cancérologie digestive, la chirurgie hépatobiliaire, la chirurgie pancréatique et la coeliochirurgie. En fait, c’est l’amélioration de la qualité des soins qui passent par la formation d’une équipe chirurgicale experte aidée par le personnel paramédical de haut niveau et les autres confrères coopérant avec notre service ». BICAV : Merci de votre collaboration et bonne année 2016 qui sera, nous espérons, celle du couronnement des efforts de toute votre équipe et celle du CHU de Bejaia. Entretien réalisé par, Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia.'

CHU Béjaia Le 03-01-2016

BONNE ANNEE 2016

'.'

CHU Béjaia Le 31-12-2015

Organisation du premier congrès de Cancérologie, les 29 et 30 Janvier 2016

' Sous la Haute autorité de Monsieur le Ministre de la Santé, la Faculté de Médecine de l’université Abderrahmane Mira de Bejaia et le CHU de la même ville, organisent le premier congres de Cancérologie les 29 et 30 Janvier 2016 sous le slogan « Dépistage colorectaux, il est temps ». Cet événement concerne les cancers colorectaux du dépistage à la prise en charge thérapeutique actuelle. Le cancer colorectal est un problème mondial de santé publique avec une incidence de 1 ,2 million de nouveau cas et une mortalité de 60.000 décès par an, c’est la seconde cause de mortalité dans le monde dans les deux sexes. En Algérie le cancer colorectal est classé en 2éme position après celui des poumons chez les hommes et le sein chez les femmes, la majorité des cancers colorectaux résultent de la dégénérescence d’adénomes. Le risque de cancer colorectal diffère entre les individus selon l’alimentation, le mode de vie et des facteurs héréditaires. Des études contrôlées et randomisées réalisées dans la population générale chez les personnes âgées entre 45 à 75 ans ont démontré qu’un programme de dépistage basé sur des tests spécifiques répètes tous les 2 ans peuvent diminuer la mortalité par CCR de 20% 8 à 10 ans après sa mise en place. Plusieurs études de cohorte et cas témoin ont permis d’élaborer lors de conférence de consensus sur le cancer colorectal ; des recommandations en matière de dépistage et prévention. Bejaia sera la ville pilote d’une étude épidémiologique d’un dépistage de masse par le nouveau test immunologique des cancers colorectaux. Pendant ces journées plusieurs sujets seront abordés par des experts du cancer colorectal du diagnostic à la prise en charge thérapeutique personnalisée. Des recommandations seront élaborées par nos experts nationaux et internationaux visant la bonne prise ne charge des patients , recommandations adaptées à notre population . Dr chahira Mazouzi Oncologie médicale FACULTE DE MEDECINE /CHU BEJAIA Bureau de l’Information, de la Communication et d’Audio-visuel du CHU de Bejaia. '

CHU Béjaia Le 29-12-2015

Actu-Météo

Béjaïa

Plus de News

Actu-Vidéo